CAP'HOM : des formations adaptées pour accélérer l'inclusion des travailleurs en ESAT


Formations professionnelles pour les travailleurs handicapés en ESAT ? Bien plus qu'une obligation légale, une évidence !

Les efforts réalisés au fil des années en faveur de la formation professionnelle démontrent que les pouvoirs publics sont convaincus de ses effets positifs sur le développement des compétences, l'épanouissement personnel et l'amélioration de la qualité de vie au travail.

Malheureusement, si l'intention est louable, on constate qu'il y a encore beaucoup de résistance dans le fait de considérer que ce type de formation puisse s'appliquer avec efficacité à la situation des travailleurs handicapés du secteur protégé.


Bien entendu former des personnes atypiques ne s’improvise pas. Des adaptations sont nécessaires en termes de durée, rythme, pédagogie, outils et animation de groupe mais heureusement c’est parfaitement réalisable !


Dans cet article, nous allons faire le point sur le cadre des formations en ESAT et présenter comment CAP’HOM s’adapte aux problématiques rencontrées pour permettre la montée en compétences des apprenants en matière d’hygiène personnelle.


I. La formation des travailleurs en ESAT : un droit et un devoir


1. Le cadre juridique


L'idée générale est simple : toute personne peut avoir recours à la formation professionnelle, quelle que soit sa situation.


Le code du travail indique bien que « la formation professionnelle, tout au long de la vie, constitue une obligation nationale. Elle vise à permettre à chaque personne, indépendamment de son statut, d'acquérir et d'actualiser des connaissances et des compétences favorisant son évolution professionnelle ». (Article L6111-1 DU Code du Travail).


Les ESAT ne sont pas soumis au Code du travail (excepté pour l’hygiène et la sécurité au travail, le droit au congé, la médecine du travail, et la Validation des Acquis de l’Expérience). Toutefois, l’obligation de former les travailleurs fait partie de l’ADN de ces structures, de leur raison d’être.


La loi de 1975 est le premier texte de référence de la politique sur le handicap. Le rôle du travail protégé y est officiellement défini, assorti d’une garantie de ressources. La Commission Technique d’Orientation et de Reclassement Professionnel (COTOREP) oriente vers ces établissements les personnes reconnues travailleurs handicapés ayant une capacité de travail inférieure à un tiers de celle d’un travailleur valide mais dont les aptitudes à travailler sont suffisantes pour être admis en ESAT.


La Circulaire du 8 décembre 1978 (dite AS60) précise le rôle des ESAT et met en lumière leur double finalité, médico-sociale et économique. « Cette dualité constitue le fondement même des centres d'aide par le travail ; aucun des deux aspects ne saurait disparaître sans que la vocation de l'établissement, soit gravement altérée. »


La Loi du 11 février 2005 pour "l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées" définit précisément les notions de handicap, de participation, de libre choix, de consentement éclairé. Dotée des droits fondamentaux reconnus à tous les citoyens, la personne handicapée devient actrice de son projet de vie, personnel et professionnel.


Rien ne doit être décidé sans son accord.


La loi vise la non-discrimination des personnes handicapées, éloignées bien souvent du cadre ordinaire : l'école, la formation, l'emploi ou tout simplement la vie sociale.

Les objectifs des ESAT sont mentionnés à l’article L. 344-2-1. :" Les établissements et services d’aide par le travail mettent en œuvre ou favorisent l’accès à des actions d’entretien des connaissances, de maintien des acquis scolaires et de formation professionnelle, ainsi que des actions éducatives d’accès à l’autonomie et d’implication dans la vie sociale, au bénéfice des personnes handicapées qu’ils accueillent, dans des conditions fixées par décret."

Depuis la loi de 1975, c’est le principal texte sur les droits des personnes en situation de handicap. Le législateur a voulu que les ESAT contribuent davantage à l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Pour cela, il a clairement énoncé que les actions d’éducation et de formation professionnelle étaient désormais au cœur de la mission des ESAT.


Pour soutenir cette orientation, depuis l’arrêté du 6 juillet 2007, l’État contribue financièrement au développement de la formation permanente : « la compensation par l’Etat est égale au double de la cotisation prise en charge directement par l’ESAT pour chaque travailleur handicapé accueilli ».


Le décret d’application de la loi 2005, le décret 2009-565 du 20 mai 2009, va également dans ce sens puisqu’il inscrit les ESAT dans une démarche de reconnaissance des acquis de l’expérience et de formation. Ce décret vise à favoriser « dans le respect de chaque projet individuel, la professionnalisation, l'épanouissement personnel et social des travailleurs handicapés et leur mobilité au sein de l'établissement ou du service d'aide par le travail qui les accueille, d'autres établissements ou services de même nature ou vers le milieu ordinaire de travail. » (Art.D. 243-15).


Dans le cadre de la loi du 5 septembre 2018 pour « la liberté de choisir son avenir professionnel », QUALIOPI est devenu le nouveau référentiel qualité. Il remplacera le DATADOCK à compter du 1er janvier 2022 et deviendra obligatoire pour tout organisme de formation souhaitant recevoir des fonds publics. Ce nouveau référentiel accorde une place centrale à la prise en compte du handicap. La considération des personnes en situation de handicap est abordée sept fois, dans six critères sur sept dans le Guide de lecture du ministère du Travail en date du 28 février 2020 (indicateurs 1, 4, 9, 18, 20, 21, 26).


On peut donc constater que la formation professionnelle, un droit pour TOUS, se pose de manière particulièrement évidente dans l'accompagnement qualitatif des personnes handicapées.


2. La formation : un devoir pour la réalisation des projets de vie


Proposer aux personnes handicapées de suivre une formation professionnelle va, dans la majeure partie des cas, impacter leur vie de manière très positive.

Il y aura bien entendu une acquisition de savoir-faire, une montée en compétences mais également un effet secondaire non négligeable : l’augmentation de l'estime personnelle.

La formation professionnelle joue ainsi un rôle majeur dans le processus d'inclusion des personnes accueillies.

Par ailleurs, comme les méthodes pédagogiques utilisées en formation sont différentes de ce que la personne vit habituellement, cela va avoir pour effet de lui ouvrir l’esprit et de stimuler sa curiosité.

La formation est un formidable complément au soutien apporté par les ESAT. En aucun cas un prestataire de formation professionnelle vient à l’encontre de leur projet d’établissement ou de service. Au contraire, un lien étroit, un réel partenariat existe entre les ESAT et CAP’HOM pour mener à bien notre objectif commun : accompagner au mieux les apprenants vers la réalisation de leur projet personnalisé.


II. CAP’HOM : des formations adaptées à la diversité des handicaps


Prestataire de formation spécialiste de l'hygiène personnelle auprès de personnes handicapées, CAP’HOM répond à l’ensemble des conditions permettant la montée en compétences des apprenants : la connaissance des handicaps et une méthodologie adaptée : la méthode des « 3P » : Pédagogie, Pratique et Personnalisation.


1. Les problématiques rencontrées


La connaissance du handicap est la première étape, indispensable à tout organisme de formation qui souhaite allier authenticité, inclusion et résultats.

En ESAT, les personnes accueillies sont porteuses de handicap divers : physique, psychique, mental et/ou sensoriel. Afin de proposer des formations efficaces, il convient de connaitre ces différents types de handicap et les conséquences que cela implique en matière d’apprentissage.


Les difficultés potentielles rencontrées sont les suivantes :


  • Sur le plan cognitif, les travailleurs peuvent présenter des limites au niveau de :

- L’acquisition, le traitement, la classification et l’intégration de l’information reçue (fonctions réceptives) ;

- La mémorisation ;

- Le raisonnement ou la pensée : troubles de l'attention et de la réorganisation mentale de l'information ;

- La communication, l’action : l’expression d’une pensée structurée à l’oral et/ou à l’écrit (fonctions expressives).


  • Sur le plan psychologique, des blocages importants peuvent exister.

C’est le cas des personnes atteintes de schizophrénie. Celles-ci ne manquent pas de connaissances en matière d’hygiène personnelle. Le trouble ne porte pas sur le corps-objet mais sur le corps-sujet. La vision de leur corps (dissocié, dispersé, voire morcelé) et de leur peau (perméable) peut être très décalée par rapport à la nôtre. Pour certains, plusieurs couches de vêtements, la saleté, les (mauvaises) odeurs sont indispensables à leur sécurité. C’est vécu comme étant une protection contre toute intrusion extérieure. Les inciter à se laver sur la base de nos critères est inutile.


  • Sur le plan sensoriel, des travailleurs peuvent présenter des handicaps physiques, auditifs et/ou visuels.


  • Sur le plan relationnel ou comportemental, les problématiques susceptibles d’être rencontrées sont :

- Une absence d’envie d’apprendre.

Le souvenir de l’école peur être vécu douloureusement, synonyme d’échecs, d’humiliation, d’exclusion. Cela n'est pas de nature à positionner la personne dans une perspective positive vis-à-vis de la formation professionnelle ;

- Respect des règles, absence de limites ;

- Peur du changement, attachement fort à leur routine ;

- Troubles de la communication, de la relation avec autrui ;

- « Vulnérabilité psychologique », c'est-à-dire une difficulté pour la personne à prendre du recul par rapport à ses émotions ou à ses sentiments ;

- Une grande fatigabilité.


De plus, l'environnement joue un rôle, aussi bien émotionnel que purement psychologique : le fait que la personne vive au sein d'un établissement ou en solitaire, ou bien qu'elle réside dans sa famille, peut induire des comportements et une mobilisation différente des capacités.


Afin de permettre à chaque personne, quel que soit son handicap, de profiter pleinement des formations dédiées à leur hygiène, leur bien-être inclusif, CAP’HOM s’adapte grâce à une méthodologie spécifique.


2. Notre méthodologie des « 3P »


a. Pédagogie : tout simplement tournée vers l’humain


+ SOUTIEN À L’AUTODÉTERMINATION


Pour nous, la formation professionnelle est un moyen de gagner en liberté. Ce sentiment est propre à chacun. C'est ainsi que chez CAP’HOM, nous prenons véritablement en compte les désirs et les motivations de chaque personne. Nous insistons sur la possibilité pour chacun de faire des choix éclairés concernant leur projet de vie. Il s’agit de l’autodétermination : « Rien ne se fera pour nous sans nous » (Devise du mouvement international des handicapés).

Une formation professionnelle sera suivie d’effets positifs si et seulement si les apprenants ont fait le choix en amont de la suivre, de s’impliquer. C’est pourquoi l’un des objectifs de notre 1er programme de formation est la réalisation de ce choix éclairé. Nous présentons en détail les 4 autres programmes pour leur permettre de choisir, ou pas, de s’y inscrire.


+ SOUTIEN À LEUR VULNÉRABILITÉ


Former des personnes handicapées nécessite une forte expérience et un sens de l'accueil important. CAP’HOM connaît tout cela et met un point d'honneur à ce que l'apprentissage se fasse en douceur et toujours avec bienveillance.

Nous prenons en compte la vulnérabilité des personnes formées. En ce sens, nous mettons au centre de la relation, l'empathie, le respect et la prise en compte des émotions de chacun.

Nous savons particulièrement qu'un groupe, pendant une session de formation, peut générer des réactions émotionnelles fortes : nous possédons les connaissances afin de réagir avec tact et justesse à ces situations et savons guider les personnes pour qu'elles retrouvent le plus rapidement possible un équilibre émotionnel satisfaisant.

C'est ainsi que nous avons à notre disposition de nombreux outils d'animation de groupes mais aussi des savoir-faire pédagogiques particuliers, scrupuleusement mis au point au fil des années.

De plus, le positionnement de la formatrice est lui aussi essentiel : nous adoptons des réflexes issus de notre expérience mais aussi, acquis par des formations spécifiques.

Tout cet engagement nous permet d'assurer au mieux le développement des compétences de chaque personne qui fait appel à nos services.



b. Pratique adaptée à la diversité des public formés


Afin d’optimiser la montée en compétences, CAP’HOM adapte ses programmes de formation afin de faciliter : la compréhension, la conceptualisation, l’attention, la mémorisation et l’expression.


+ SOUTIEN À LA COMPRÉHENSION


Nous gardons en permanence à l’esprit qu'il ne suffit pas de partager des idées pour que les connaissances soient reçues et comprises. Il est indispensable de s'en assurer de manière régulière par la mise en place d’une écoute active et de la reformulation.

Nous savons aussi qu’un certain nombre de personnes ne sont pas en capacité de lire. Peu importe, nous avons des outils et des processus pédagogiques particuliers afin de pallier à cette difficulté. Pour ce faire nous exprimons ces compétences par :

- Des mots, à l’écrit comme à l’oral. Tout ce qui est projeté à l’écran est énoncé à l’oral en version FALC (Facile à Lire et Comprendre) ;

- Des images (photolangages et vidéos) ;

- Et une participation ludique et active (jeux, quizz, créations).


Cela va permettre de transmettre des informations précises, reçues et comprises.


+ SOUTIEN À LA CONCEPTUALISATION


Afin de faciliter l’accès aux nouvelles compétences, il est nécessaire de passer par un travail de conceptualisation.

L’ensemble de nos outils pédagogiques sont en lien direct avec leur quotidien : leur environnement, leurs activités et leurs objets familiers. Cela permet un ancrage significatif des informations dans le vécu des apprenants.

Nos activités sensorielles et créatives les mettent également en situation. La manipulation facilite grandement l’appropriation et l’adoption des produits d’hygiène dans leur vie personnelle.

La conceptualisation est un excellent moyen pour acquérir des compétences nouvelles.


+ SOUTIEN À L’ATTENTION


Les capacités d’attention, de concentration étant très différentes d'une personne à une autre, nous en tenons compte pour ajuster le rythme de nos programmes de formation. Ils peuvent se dérouler en journée ou demi-journée.

Nous n'hésitons pas non plus à utiliser des supports de nature très différente avec l’objectif de ne jamais engendrer de monotonie ou de forme de désintérêt.

Par ailleurs, nous privilégions toujours un environnement serein qui est véritablement propice à l'acquisition de nouveaux savoir-faire : nous savons par expérience qu'il est nécessaire d'éliminer toutes les sources de distraction pour que l'apprentissage se déroule au mieux.


+ SOUTIEN À LA MÉMORISATION


Afin de répondre au mieux aux difficultés de mémorisation des apprenants, à l’issue de chaque module éducatif de formation, un livret leur est remis. Il s’agit de livrets pédagogiques illustrés en version FALC (Facile A Lire et à Comprendre) reprenant les principes étudiés pendant les sessions de formation.

De plus, les vidéos diffusées lors des sessions de formation, libres de droit, sont mises à la disposition de l’équipe éducative de l’ESAT. Des piqûres de rappel rendues ainsi possibles optimisent les capacités de mémorisation des compétences.

A l’issue des modules créatifs, des guides leur sont également remis afin de leur permettre de mettre en pratique facilement les compétences transmises.


+ SOUTIEN À L’EXPRESSION


Nous animons nos formations auprès d’un faible effectif de participants car nous avons constaté que c'est le meilleur moyen pour assurer une bonne répartition de la parole mais aussi, pour que chacun se sente en sécurité et que les capacités intellectuelles soient mobilisées dans la sérénité.

Nos modules éducatifs invitent les apprenants à une participation active. Chaque participant est libre de s’exprimer comme il le souhaite, à l’oral ou tout simplement par leur simple participation aux activités ludiques.

Nos ateliers olfactifs et créatifs, quant à eux, dispensent les stagiaires de tout besoin d’expression orale. Ce sont les sens qui s’expriment, pas la parole.


c. Personnalisation


CAP’HOM est particulièrement apte à équilibrer deux notions qui semblent à première vue contradictoires : permettre à chacun d'acquérir des connaissances au sein d'un groupe tout en prenant en compte la singularité de chaque individu.

Des formations « sur-mesure » sont notamment proposées dans le cadre des modules créatifs. Chaque participant est invité à adopter, s’approprier des produits d’hygiène en fonction de ses goûts et de son vécu personnel.


L'adaptabilité de nos processus pédagogiques aux possibilités et à la personnalité de chacun est une des grandes forces de CAP’HOM !



Pour conclure !

La question de la formation professionnelle pour les personnes handicapées est essentielle : cela permet de donner un nouvel élan à leur projet de vie, d’acquérir, maintenir, ou développer de nouvelles compétences mais aussi et surtout de valoriser l’estime de soi.

En ce sens, CAP’HOM est un acteur reconnu, capable de s’adapter au mieux afin de permettre aux apprenants de monter en compétences et accélérer leur inclusion sociale et professionnelle.


CAP’ vers un bien-être inclusif, accessible à TOUS !


38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout